Quelques particularités de la Vallée d’Aoste

VDA1 W.DOMANSKI

Photo William DOMANSKI

 

Exceptionnellement, cet article va être un peu plus long que ceux que je publierai par la suite, mais je pense qu’il est indispensable de détailler un petit peu l’histoire et les particularités de cette région pour ceux qui ne la connaissent pas encore.

 

SITUATION

La Vallée d’Aoste est située dans le Nord-Ouest de l’Italie. Elle tire son nom de son chef-lieu, Aoste, dont le nom est issu du latin Augusta Praetoria Salassorum, puis Augusta, la ville ayant été fondée durant le règne de l’empereur Auguste. A elle seule, la ville d’Aoste regroupe près d’un tiers de la population totale de la Vallée. Ses habitants sont appelés « Valdôtains ». La superficie de la Vallée d’Aoste est de 3 263,25 km2. Elle est composée de 74 communes, plus de 1000 hameaux et 100 châteaux. Elle comporte 14  vallées latérales, 400 lacs et 210 glaciers, de quoi satisfaire les amateurs d’alpinisme et de randonnées en montagne.

 

La Vallée d’Aoste correspond à la haute vallée de la Doire baltée. Administrativement, elle jouxte au Nord le canton du Valais en Suisse, à l’Ouest les Savoie en France, au sud et à l’Est les provinces de Bielle et de Verceil et la ville de Turin (région du Piémont en Italie).

 

POPULATION

Au 31 mars 2015, la population était de 128 032 habitants, ce qui en fait la région la moins peuplée d’Italie, et aussi la moins dense, avec une densité démographique de 39 habitants au km2. Les dix communes les plus peuplées sont dans l’ordre :

1 – Aoste : 35 020 habitants

2 – Châtillon : 4 952 habitants

3 – Sarre : 4 867 habitants

4 – Saint-Vincent : 4 793 habitants

5 – Pont-Saint-Martin : 3 994 habitants

6 – Quart : 3 905 habitants

7 – Saint-Christophe : 3 383 habitants

8 – Gressan : 3 357 habitants

9 – Saint-Pierre : 3 197 habitants

10 – Nus : 2 968 habitants

 

PARTICULARITES

La Vallée d’Aoste est une région à statut spécial. Ses organes administratifs jouissent d’une large autonomie du gouvernement central italien, non seulement en ce qui concerne la politique régionale, mais aussi dans d’autres domaines sensibles, strictement liés à l’économie de cette région alpine. En particulier, les pouvoirs locaux disposent d’une large autonomie en matière de gestion des ressources hydriques, de l’énergie hydroélectrique, des ressources naturelles et de l’agriculture.

L’autonomie financière est très large : plus de 90 % des impôts perçus restent à la disposition des autorités locales.

D’autre part, en application des dispositions de la loi constitutionnelle du 26 février 1948, l’État italien reconnaît le statut de langue officielle au français à côté de l’italien à tout niveau en Vallée d’Aoste, sauf dans le domaine judiciaire (où cependant la présence d’un interprète est assurée). Le valdôtain, qui est reconnu au niveau local et enseigné dans les écoles maternelles et primaires, est une langue franco-provençale.

De même, à l’époque où le Franc et la Lire existaient encore, ces deux monnaies étaient toutes les deux « monnaies officielles » et on pouvait aussi bien payer en Franc ou en Lire et chez les commerçants, les prix devaient être affichés dans les deux monnaies.

 

UN PEU D’HISTOIRE

Ancienne colonie romaine, elle a ensuite fait partie du Royaume des Francs, de l’Empire Carolingien et du Royaume de Bourgogne, puis des États de Savoie avant son intégration à l’Italie, en 1860. Lors des conquêtes révolutionnaires, elle fut associée à la République Française sous deux républiques sœurs successives : la brève République Piémontaise proclamée à Turin en 1798, puis, après la deuxième campagne d’Italie, l’éphémère République subalpine. Elle intègre ensuite la France lors de la création du département de la Doire en 1802, constituant l’arrondissement d’Aoste jusqu’à la fin du Premier Empire, en 1814.

Longtemps située à l’intersection des axes militaires et commerciaux stratégiques entre la France, la Suisse et l’Italie, Aoste ou « la Petite Rome des Alpes » conserve des traces importantes de son histoire :

La Vallée d’Aoste est aussi un lieu de passage ancien, par le Grand Saint-Bernard, pour les pèlerins se rendant à RomeSaint-Rhémy-en-BossesAoste et Pont-Saint-Martin sont trois étapes de la Via Francigena, mentionnées à ce titre par Sigéric, en 990.

 

LES PRINCIPAUX PATRONYMES VALDÔTAINS

 

Les deux noms de famille que l’on rencontre le plus fréquemment en Vallée d’Aoste sont FAVRE et CERISE. Ensuite, dans l’ordre, viennent BIONAZ, VUILLERMOZ, BLANC, ROSSET, PERRON et PESSION. Mais nous aurons l’occasion d’aborder beaucoup plus longuement dans plusieurs prochains articles les différents patronymes valdôtains.

 

Bon j’en termine là pour aujourd’hui. En principe, on se retrouve le 1er Juillet avec un article vous expliquant comment j’en suis arrivé à entreprendre des recherches généalogiques. A très vite.

 

                                                                  Patrick GARIN

                                                                   15 Juin 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s