QUELQUES INFORMATIONS SUR LE VILLAGE DE TORGNON

Nous allons découvrir aujourd’hui quelques généralités sur le Village de Torgnon, qui est entre autre le « berceau » de la famille GARIN. Il y aura plusieurs articles qui suivront sur ce village dans les mois à venir. Si jamais vous avez des ancêtres originaires de ce village, n’hésitez pas à me contacter car il y a de grandes chances que je puisse vous aider dans vos recherches. D’autre part, il y a également de grandes probabilités que nous soyons « cousins » et que nous nous retrouvions des ancêtres communs.

Le Saint Patron de la commune est Martin de Tours. Les habitants de Torgnon s’appellent les torgnoleins. En 2010, la population était de 518 habitants. Le village de Torgnon s’étale entre 800 et 3300 mètres d’altitude et est composé, en plus du Chef lieu qui est Mongnod, de 25 hameaux pour une surface totale de 4200 hectares. Les 25 hameaux en question sont :

Berzin, Champagnod, Champeille, Chantorné, Chaté, Châtelard, Chatrian, Cheille, Chésod, Étirol, Fossemagne, Gilliarey, Gombaz, Lévaz, Mazod, Nozon, Pecou, Petit-Monde, Ponty, Septumian, Triatel, Valleil, Verney, Vesan Dessous et Vesan Dessus.

Les villages limitrophes sont au nombre de 7 : Antey-Saint-André, Bionaz, Châtillon, Nus, Saint-Denis, Valtournenche, Verrayes.

Le village de Torgnon est riche de documents et témoignages historiques tout au long des siècles. A Chatrian et à Chaté, il existe deux emplacements protohistoriques qui démontrent que Torgnon était déjà habité avant la domination romaine.

Dans la période médiévale, la commune a appartenu à la Seigneurie de CLY, dont le domaine s’étendait au delà des Alpes jusqu’en Suisse, notamment la ville de Sion. Pendant la domination de Pierre de CLY, le fief auquel appartenait Torgnon fut conquis par les Savoies qui l’administrèrent pendant presque deux siècles par l’intermédiaire d’un châtelain.

En 1550 le fief fut cédé à la famille MORALIS, puis aux FABRI, aux RONCAS et, enfin, aux BERGERA qui, en 1750, renoncèrent définitivement à leurs droits féodaux sur la commune de Torgnon.

De la période des seigneuries il reste les «rus», c’est-à-dire les ruisseaux d’arrosage, les «rascards», le moulin d’Étirol et les vestiges de l’hospice de Chavacour. L’hospice de Chavacour se trouvait sur le chemin qui reliait le territoire de Torgnon avec la Suisse et le Valais, par les cols de Chavacour, de For, de Collomb et Théodule. Ces voies servaient au commerce du bétail et du vin de Chambave, alors fort réputé.

Le cadastre Sarde de la paroisse terminé en 1770, relève 13 314 parcelles et seulement les noms de 349 propriétaires-contribuables.

Dans notre prochain article, qui paraîtra en principe début Novembre, nous verrons la liste des différents Notaires qui ont officié à Torgnon au cours des siècles.

Patrick GARIN le15 Septembre 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s